Rechercher un plan

C’est la combinaison du style, de la forme, des matériaux et de la couleur, sans oublier l’emplacement qui vous permettra de réaliser l’escalier de vos rêves, tout en harmonie avec votre intérieur. Les formes d’escalier les plus courantes, sont l’escalier droit, l’escalier tournant (à ¼ et à ½ tournant) et l’escalier hélicoïdal ou en colimaçon.

 SIMPLICITÉ AVEC L’ESCALIER DROIT

Escalier droit, simple, facile à concevoir et à installer, il relie directement deux étages selon un seul axe. Constitué d’un seul bloc, il ne convient pas aux espaces réduits. En effet, c’est la trémie, soit l’emplacement réservé à l’escalier dans le bâtiment qui conditionne, le plus souvent le type d’escalier. Pour cette forme droite, il sera nécessaire de disposer d’une trémie longue et étroite. Il faudra faire attention à respecter une distance minimum entre la marche palière et le mur qui lui fait face afin que l’espace ne soit pas trop exigu, ce qui aurait pour conséquence, une contrainte pour les utilisateurs. L’avantage de l’escalier droit, c’est qu’il permet d’exploiter l’espace vacant dessous par des rangements, une bibliothèque, un bureau…

 ECONOMIE D’ESPACE AVEC L’ESCALIER TOURNANT

L’escalier ¼ tournant comporte un angle en « L ». Généralement situé au départ de l’escalier, cet angle peut au aussi être situé au milieu ou à l’arrivée de l’escalier. Il peut être matérialisé par une marche ou un pallier, appelé « pallier intermédiaire, qui permet de réduire la distance entre le début et la fin de l’escalier. Préconisé pour gagner de l’espace, il se loge facilement dans un angle de pièce, tout en offrant un espace de rangement sous pente à exploiter. L’escalier ½ tournant ou 2/4 forme un angle de 180°. Il peut s’encastrer entre deux murs d’une entrée tout en facilitant la circulation.

 L’ESCALIER HELICOÏDAL OU COLIMAÇON

Le principe de cet escalier, c’est que les marches pivotent autour d’un support central. Il existe deux types d’escalier hélicoïdaux, les modèles à limon hélicoïdal et jour central, qui apparaissent comme suspendus et les modèles à vis, avec un poteau ancré au sol autour duquel sont fixées les marches. Appréciés pour ses formes légères et élégantes, ils s’adaptent parfaitement aux espaces réduits. Ils présentent l’inconvénient d’être moins sécuritaires, qu’un escalier traditionnel, et peut être un obstacle pour monter du mobilier à l’étage.

 CHOIX DES MATÉRIAUX

Le choix du matériau reste une question de goût et de budget. Proscrire les matières glissantes comme le carrelage ou les pierres polies, et préférez le bois, le métal, le béton ou encore le verre. Aujourd’hui la tendance, est à l’association des matériaux, tels que le verre et l’inox, la chaleur du bois et la transparence du verre.

 LE BOIS, INTEMPOREL

Matériau vivant et chaud, il est choisi pour les escaliers d’intérieur, qu’ils soient modernes ou rustiques. C’est le matériau le plus utilisé, pour la fabrication d’un escalier massif ou lamellé-collé. Selon la résistance et le passage sur l’ouvrage, sans oublier le budget, on choisira des essences différentes. Pour un passage fréquent, on optera pour du chêne, résistant et qui durcit en vieillissant, mais dont le coût est plus élevé que le sapin par exemple. Cette essence de bois, sera quant à elle privilégiée, question budget et conviendra pour les escaliers secondaires ou les passages sont moindres. Les bois exotiques (ipé, wengé…) apportent des caractéristiques techniques proches de celles du chêne.

 LE MÉTAL OU ACIER, POUR UN ESPRIT INDUSTRIEL

D’inspiration industrielle ou commerciale, l’escalier en métal offre une grande liberté de style. Inconvénient, majeur : le bruit, même s’il peut être diminuer par la pose d’un plateau en bois sur les marches

 FRAGILITÉ ET TRANSPARENCE DU VERRE

Grâce à l’avancée technologique, le verre feuilleté ou armé possède toutes les qualités nécessaires pour garantir la sécurité et la solidité de l’escalier. La transparence des marches peut devenir un inconvénient en rendant la perception difficile , il sera préférable de prévoir un verre translucide comme un verre dépoli ou émaillé. Il convient aux intérieurs contemporains et design, où l’élégance, la pureté des lignes et la transparence donnent un style épuré.

 SOLIDITÉ, FERMETÉ D’UN ESCALIER BÉTON

L’escalier béton convient à tous les usages. Plus fréquemment rencontrer dans les vieilles bâtisses, le béton présente de nombreux avantages et apporte beaucoup de styles. Les progrès techniques offrent des teintures et des aspects multiples.

 FINESSE ET ÉLÉGANCE, D’UN ESCALIER SUR VÔUTE SARRASINE

Méthode de fabrication datant du XVI siècle, elle consiste à monter d’abord une voute en briques, puis la forme des marches en briques par-dessus la voûte. Cet escalier est donc construit à l’avancement et sans échafaudage. L’assemblage des briques est conçu pour que l’ensemble soit autoportant, ou ne nécessite qu’un minimum de points d’ancrage. Ce type d’escalier est un ouvrage de haute technicité, réalisable uniquement par un professionnel. Choisir un escalier en voûte sarrasine, c’est s’assurer de posséder un ouvrage d’art unique dans sa maison. En rénovation ce type de méthode est très intéressant dans la mesure où il est possible de faire arriver l’escalier sur des poutres en bois.

 

Certaines règles strictes de sécurité doivent être respectées pour l’installation d’un escalier. Faites très attention, si vous décidez d’acheter votre escalier dans une grande surface spécialisée ou chez un marchand de matériaux. Non pas que la qualité du produit soit mis en cause, c’est plutôt les cotations et dimensions qui pourraient être approximatives et ne pas convenir à votre intérieur. Privilégiez  les conseils d’un spécialiste fabricant ou maçon, et ses compétences pour une prise de mesures exactes afin d’éviter toutes mauvaises surprises à l’installation. Pour plus de renseignements, CLIQUEZ ICI.